Kuzul ar Brezhoneg

Groupement d'associations culturelles de langue bretonne

Dictionnaire Breton-français

Dictionnaire Breton-français

À télécharger en .pdf en bas de page.


AVERTISSEMENT

  
Lorsque le 8 septembre 2016, quatre ans déjà, Martial Ménard nous quittait, il laissait une œuvre considérable derrière lui, mais aussi des projets, certains bien entamés que ses amis s’efforcent de mener à bien, tel le dictionnaire diachronique « Devri », mis à la disposition de tous grâce à internet.
Martial venait de publier quatre ans auparavant (2012) son dictionnaire français-breton qui se voulait être le prolongement du Grand dictionnaire de François Vallée et son dépassement. J’eus de suite l’idée qu’il lui fallait un deuxième volet qui permettrait de mieux appréhender l’importance des lexèmes relevés par Martial. Je complétais donc mon propre relevé avec celui de Martial, espérant fournir ainsi une somme lexicale inédite, qui recouvrerait la quasi totalité du vocabulaire breton actuellement utilisé.
Je renvoie le lecteur à l’avant-propos dont fit précéder Martial Ménard son dictionnaire français-breton. Notre objectif ainsi que notre démarche de lexicographes est identique. Je reprends donc ce que j’écrivais lors de la mise en ligne de mon premier ouvrage :

Mon souhait de réaliser un dictionnaire breton-français pour le mettre en ligne correspond à un triple objectif :
Tout d’abord, je désirais inclure le plus de lexèmes possibles sans devoir me soucier de la place qu’une telle politique éditoriale entraînerait nécessairement.
Puis cela me permettrait de mettre à la disposition du plus grand nombre un ouvrage qui ouvre à une meilleure connaissance de la langue bretonne et donne le plus rapidement et le plus aisément possible le renseignement recherché, et cela au moindre coût.
Enfin cela rend également possible, ce qui n’est guère négligeable, une double entrée, sans devoir faire un ouvrage à double face. En effet, l’utilisateur peut selon son besoin immédiat lancer sa recherche soit à partir du breton soit à partir du français.

On trouvera donc dans ce présent ouvrage un très grand nombre de mots touchant tous les domaines de la vie culturelle, professionnelle, économique, sociale etc. de nos contemporains. Je n’ai pas hésité à inclure également des mots qui n’ont plus guère d’emploi concret dans la vie de chaque jour, en particulier des termes touchant l’agriculture ; en effet, le présent ouvrage veut être un outil pour la compréhension de la langue bretonne en général, c’est-à-dire dans son emploi de ce temps tout comme dans l’utilisation qui en a été faite dans le passé et dont témoignent les œuvres littéraires que l’on peut toujours consulter.
Bien évidemment, il n’est guère possible de prétendre à l’exhaustivité. Mais là encore, le fait de mettre en ligne un tel ouvrage en permet plus facilement le remaniement, sans besoin de repasser par une nouvelle édition. Tout utilisateur pourra donc s’il le souhaite corriger ou augmenter ce dictionnaire ; pour cela, il lui suffira de contacter Skol OBER ou le site de Kuzul ar Brezhoneg, nous ferons ensuite le nécessaire.

Une petite précision pour ce qui concerne le vaste domaine des néologismes, toujours en cours de fabrication, si j’ose dire : dans la mesure où la langue et les besoins qu’elle ressent pour s’adapter aux réalités contemporaines sont vastes et en perpétuel mouvement, il n’était donc pas possible de tous les intégrer — aussi parce que nombre d’entre eux ne seront pas forcément assimilés par le public auquel ils sont destinés — en conséquence, on ne trouvera que ceux qui m’ont semblé, ainsi qu’à Martial Ménard, être les plus utilisés à l’heure actuelle.

Il va sans dire qu’un tel ouvrage est impensable en dehors de tous ceux qui l’ont précédé. Voici donc la liste des principaux dictionnaires ou lexiques sur lesquels je me suis appuyé pour la réalisation du présent ouvrage :

    • Geriadur brezhoneg An Here (2001)
    • Danvez Geriadur, par Gaston Esnault (1913)
    • Dictionnaire breton-français/français-breton, par Roparz Hemon & Ronan Huon, Al Liamm (1997)
    • Dictionnaire français-Breton, par Martial Ménard, éd. Palantines (2012)
    • Geriadur istorel ar brezhoneg, par Roparz Hemon, Preder (36 vol.)
    • Geriadur ar brezhoneg a-vremañ, par Francis Favereau, skol Vreizh (1992)
    • Geriadur ar brezhoneg arnevez, Imbourc’h (1980)
    • Ar Geriadur, par Andreo ar Merser, emgleo Breiz (2009)
    • Geriadur ar brederouriezh, par Tugdual Kalvez TIR (2010)
    • Geriadur an Arvor par Per Pondaven, An Alarc’h embannadurioù (2009)
    • Geriadurig brezhoneg-galleg d’Emile Ernault (ainsi que ses nombreuses notes lexicales)
    • Brezhoneg ar mor, par Loeiz Andouard, mouladurioù Hor Yezh (1983)
    • Geriadur brezhoneg Douarnenez par Pêr Denez, mouladurioù Hor Yezh (1981)
    • Trésor du breton parlé, par Jules Gros (Librairie bretonne & Emgleo Breiz/Brud Nevez)
    • Enquête sur le vocabulaire breton de la ferme par Pierre Trépos.
    • Alhwez louzeier bleunveg Breiz, par Thierry Châtel, Emgleo Breiz (2000)

Et bien sûr les nombreux ouvrages des éditions Preder et des écoles DIWAN relatifs à certains domaines scientifiques précis de notre monde contemporain. On trouvera d’autres ouvrages encore mentionnés par Martial Ménard, ainsi que la liste de ceux qui l’ont aidé d’une manière ou d’une autre à achever son travail.

P.S. : Pour cette édition, nous avons renoncé à reprendre les indications phonétiques que nous avions fournies précédemment. Certains critiquaient l’abscence de quelques signes ou transcriptions que nous n’avions pu utiliser car manquants dans les polices dont nous disposions. Nous renvoyons donc volontiers à de plus minutieuses études sur ce sujet.

Par ailleurs, il est certain qu’on ne trouvera pas dans le présent ouvrage la totalité des dérivations possibles à partir d’une racine x ; c’est ainsi que nous nous sommes abstenus d’inclure systmatiquement toute forme féminine en « -ez » d’un substantif masculin quand il semblait évident qu’il ne suffisait, dans le dépistage des mots, que d’en féminiser la traduction française pour en découvrir le sens.

On remarquera aussi les fréquentes hésitations dans les terminaisons des infinitifs verbaux. Il avait été tenté un moment de donner plus de cohérence en fixant arbitrairement la termaison –añ pour tous verbes transitifs et –iñ pour les autres cas. L’usage n’a pas voulu tenir compte de cette règle. Nous avons donc signaler cette hésitation, peut-être pas de manière systématique mais assez fréquemment cependant.

Le but de cet ouvrage n’étant pas de refléter l’historique des différents lexèmes présentés en mots-vedettes, nous renvoyons pour ce faire à l’ouvrage de Roparz Hemon « Geriadur Istorel ar Brezhoneg » (éd. Preder) ainsi qu’au dictionnaire diachronique du breton mis en ligne sur le site « devri.bzh » et au dictionnaire historique « meurgorf brezhoneg.bzh » mis en ligne par l’Office de la langue bretonne. Avec cela, tout renseignement quant à l’émergence et à l’utilisation des lexèmes se trouve à la portée de chaque chercheur curieux d’en savoir plus sur notre langue.

Dernière remarque : cet ouvrage ayant été réalisé par un seul individu, il en porte toutes les faiblesses ; on passera donc avec indulgence sur d’éventuelles incohérences et de, sans doute, bien trop nombreuses coquilles. Merci à tous ceux qui voudront bien signaler ces manquements, il en sera tenu compte.

Chañs vat d’an holl war hent ar brezhoneg !

Pep gwir miret strizh © Gerard Cornillet & Skol Ober